, , ,

Rapport de la Cour des comptes sur le secteur de la sécurité privée et sa régulation par l’État.

Rapport de la Cour des comptes sur le secteur de la sécurité privée et sa régulation par l’État.

Le rapport pointe à juste titre le problème de l’atomisation du secteur, de la concurrence sévère qui conduit à des prix bas et des marges moyennes de 1%.

Le rapport reconnaît notamment que « Les donneurs d’ordre publics entretiennent la faible qualité des prestations fournies en retenant fréquemment à l’issue des appels à la concurrence les entreprises les moins-disantes et pas forcément les mieux-disantes.

Le rapport revient sur des insuffisances dans la régulation ou le contrôle de la profession de la part du CNAPS. Le renforcement du contrôle de l’accès à la profession, la lutte contre la fraude et la meilleure sécurisation des cartes professionnelles sont de la compétence exclusive du CNAPS et les entreprises sont demandeuses d’une véritable rigueur dans les contrôles afin que la carte professionnelle constitue une véritable garantie.

Les mesures ont été sans cesse renforcées au cours des dernières années, avec le soutien de la profession. La carte professionnelle sécurisée est ainsi déjà un projet avancé mais qu’il faut aussi financer.

Extrait:

”  Par ailleurs, l’apparition d’une forme d’ubérisation de la profession, à travers le développement de plateformes numériques proposant des prestations privées de sécurité à bas coûts en dehors de toute réglementation, fragilise encore la fiabilité du secteur. ”

 

source: https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-02/05-activites-privees-securite-Tome-1.pdf